Nos liens favoris !Mon BLOBVotre avis nous intéresse !

Présentation de ACR






 
Accueil/Les dossiers/BLOG/

Résultats par page : 5 | 10 | 20 | 50  

 Aller à la page << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>

 BLOG

Impression d'outre capitalisme, crise 2017
Les contradictions des gourous de la finance et de l’économie sont la norme, le standard. Il est clair que les spécialistes sont dans le bleu depuis 1971 au moins, après les fameux accords de Bretton Woods qui consacraient la suprématie du dollars US. Une monnaie nationale devenait un moyen de réserve contre toutes les autres monnaies existantes au monde. Depuis cette date les USA peuvent imprimer des dollars, sans limite et sans ennuis. Le système repose sur la confiance dans le made in USA et toutes les nations se plient à ce dogme, cette croyance.
Les analystes sont dans le noir, brut
Après les pataugées sur les cours de l’or, les plantés sur les fonds de placement et les ennuis graves avec les autorités fiscales de nombreux pays, le monde financier ne change rien à ses pratiques hasardeuses. Une poignée de gens avec des chiffres sur des comptes, justifient l’existence des traders et autres banksters, alors que tous savent que ces chiffrent ne correspondent à aucune réalité. Quand le casino de la finance va-t-il s’écrouler ? Comment ? Avec quelles conséquences ? Pas de réponse mais une chose est sûre, le système va imploser, comme le communisme s’est effondré avec un élément mineur comme la chute d’un mur de béton.
Rêves et finance : innovons sans les financiers
Le monde anglo-saxon avec sa pensée unique nous a mis dans les ennuis graves. Toutes les valeurs monétaires en circulation sont référencées sur des mensonges et des illusions. Pour développer les échanges, faciliter les affaires, le crédit basé sur la confiance est utile et nécessaire. Mais, la spéculation sur le crédit est nuisible. La valeur financière n'a plus de relations avec les objets physiques des transactions. VOIR UNE PISTE
Fauché, et pourtant... votation inutile en Suisse
Mon père était ouvrier, socialiste. Je vais voter pourtant pour le maintien des forfaits fiscaux. Pourquoi ? Parce que l’égalité n’existe ni dans la société, ni dans la nature. Je connais plusieurs dizaines de personnes riches à millions, mieux disposées en faveur de l’économie de proximité que des employés de banques, bien Suisses et fils de paysans. Le système actuel crée de la dynamique et de la souplesse dans les relations. Parfois, ces milliardaires osent prendre des risques. Ils savent aussi faire preuve d’intelligence.
30 / 100 seulement ont accès au WEB dans le monde
Dans les pays industrialisés et les métropoles nous croyons représenter l'humanité entière quand nous nous exprimons sur les réseaux sociaux. Foutaise. C'est comme les membres des clubs d'ultra-riches qui pensent que tous ont des laquais pour s'occuper de leurs finances et parcs immobiliers. En plus, comme les dictateurs véreux, tout se fait sur ordre à distance, sans vouloir voir les conséquences des choix. Je spécule sur le maïs et je m'enrichis. Tiens il y aurait des victimes de la faim à cause de mes achats? Curieux, mon banquier ne m'a jamais parlé de cette conséquence.
Manipulation par la grande finance internationale
Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, a créé une Fondation qui porte son nom. Cette fondation a une charte avec une philosophie claire et une vision bien cadrée. En accord avec sa philosophie, Alfred Nobel n'a jamais créé et même imaginé un prix pour un économiste. Tous nous savons qu'il a institutionnalisé
5 prix soit: la Paix, la Littérature, la Médecine, la Chimie et la Physique. Point barre.
Le prix Nobel d'économie est une invention des milieux financiers pour s'acheter une image scientifique. C'est une tromperie, une manipulation de l'opinion publique et les journalistes marchent, courent. Aucun esprit critique. Le Français Jean Tirole peut chanter la tyrolienne mais en matière d'économie il est certainement aussi menteur ou incompétent que ses prédécesseurs qui se parent de ce titre.
Sur nos routes, la bêtise organisée par des fonctionnaires...
Caramboles, accidents et dommages aux véhicules à cause des modérateurs de trafic illustrent la stupidité des fonctionnaires et des bureaux d’études en matière de circulation. Les blessures aux cyclistes sont nombreuses selon ce qui se rapporte. Notre société de pollueurs investit des milliards pour construire des routes parfaites puis elle dépense des centaines de millions pour poser des chicanes nuisibles et stupides.
Jeunesse, formation, R&D
Vénérer les anciens et être de son temps, de plus en plus difficile pour la jeunesse actuelle. Dans nos sociétés avancées nous sommes acquis au fait que des alternatives à notre consommation destructrice doivent être trouvées.
La société occidentale est encore enviée, copiée malheureusement. Nous connaissons les conséquences de notre comportement. A nous d’inventer des solutions et des alternatives pour employer judicieusement les ressources naturelles. Pour relever ce défi la recherche fondamentale est importante mais seule la recherche appliquée apporte des solutions dans un délai acceptable.
La presse écrite est-elle soluble dans la pub?
L'audience est, aussi, la mesure de l'intérêt que porte les lecteurs, les auditeurs, les clients, à un média. Avoir de l'audience est tout de même un réel plaisir pour l'émetteur d'une idée? Choisir le canal qui apportera le plus de contacts à son message est, somme toute, légitime? Aucun média n'a, à ce jour, tué un autre média. Quotidiens, magazines, radio, cinéma, TV et Internet, tous vivent ou survivent ensemble. Le cocktail change. Pour la première fois l'audience TV a reculé au profit de l'écran d'ordinateur. Ted Turner, fondateur de CNN, avait annoncé la fin des journaux imprimés pour 2001. La baisse des ventes est constante dans la presse payante, 3% annuellement, depuis 1995. La mort du journal de grand-papa serait pour 2040? Chez Microsoft, l'annonce du décès des quotidiens est programmée pour 2018 déjà.

Une information chasse l'autre. Le démenti d'une fausse information est une nouvelle. L'information est une richesse à la bourse mais elle est devenue gratuite dans les médias. Avec le tout à l'écran, instantanément, va-t-on assister à la naissance d'une nouvelle aristocratie? De quoi ont peur les journalistes? Ils doivent s'adapter, trouver leur vraie place. Ils seront moins nombreux à porter cette profession. Un nouveau métier est en train de naître, Journaliste avec un J majuscule. Aucune école ne donne ce titre. Il se gagne dans le terrain. La grande révolution est là.
Un comble de Noël
Maintenant que les Chinois se sont mis à fêter Noël, la mondialisation a un visage. Au nom du fric, du business, du pèze Amen, on peut tout dire, tout faire, tout accepter. En fait, la nature humaine est humaine comme les fourmis sont des fourmis. Nous cueillions, transportons, stockons, consommons avec la même frénésie que ces insectes qui ne sortent guère de leurs schémas malgré une société dite organisée. Organisée pourquoi, pour qui ? Chez nous comme chez les fourmis : une vague idée collective, le besoin de manger demain et de l’hostilité contre tout ce qui n’est pas nous. Les fourmis aussi se font la guerre entre territoires, comme nous. Pour changer le monde, je mise sur l’éducation, la formation. Un jour peut-être arriverons-nous à suivre Socrate, Confucius, Jésus, Gandhi des philosophes qui ouvraient les esprits.
Kafka le retour. Que la bêtise soit avec toi!
C’est la montée du principe de précaution. Pour éviter des risques, des erreurs et des accidents, les lois, les règlements deviennent toujours plus tranchants. Pourtant la vie n’est pas un circuit imprimé. Il faut arrêter de tout vouloir règlementer.
250 handicapés suisses avaient trouvé un accord avec un proche afin de mieux supporter leur handicap. Ils sont renvoyés à la case départ. Une expérience sur plusieurs années a démontré que cette formule est une bonne formule. Pour quelques économies et par crainte de voir la solution se développer, nos autorités fédérales cassent cette possibilité intelligente. A la découverte du vécu de de certains handicapées relaté dans la presse, la décision de l’administration de l’AI fait froid dans le dos. Après quelques mois, il semble qu'une reconsidération de cette décision soit possible? Mais comment peut-on faire de tels choix de sociétés?
La Suisse entre en résistance. Les Suisses se lèvent
Plus de lois, plus de charges, plus de règlements : le peuple dit trois fois non. Bravo ! Il serait temps que nos représentants à Berne simplifient l’usine à gaz helvétique. A chaque législature les mesures de contrôles et de contraintes augmentent. Il suffit qu’un groupuscule lance une idée et que quelques élus flairent une occasion de se sentir utiles pour que la machine se mette en marche. A la fin, c’est moins de liberté et plus de taxes, de charges, de fonctionnaires, d’offices fédéraux. Une destruction de forces et de valeurs. Un régal pour Kafka.
Gottlieb Duttweiler plus fort que Blocher
Christoph Blocher a son film d'auteur mais l'image est triste et l'aventure tourne en boucle. Certes avec son copain Ebner il a réussi de bons coups financiers mais pas toujours pour le meilleur de son pays. Je pense à Alusuisse et Lonza et son double jeu avec les banques ou encore son manque de vision dans le crack de Swissair. Duttweiler, lui au contraire a été un précurseur, un inventeur, un visionnaire qui influence encore la grande distribution en Suisse. C'était un homme de défis qui a su se faire un nom dans tout le pays. Quand je vois son parcours j'ai presque envie de porter un chapeau et de fumer le cigare. Duttweiler est né en 1888 et mort en 1962.
L'événement 21 ou 31 milliards, il y a de la marge
Si demain, nous remplaçons le mot dollar par coquillage est-ce que ça change quelque chose dans la finance? En fait, il y a des chiffres qui sont détachés de toutes réalités et il y a les vrais échanges économiques. Les services mêmes sont toujours emprunts d'une certaine matérialité. Mais est-ce que les ressources humaines se laissent emprisonner dans un bilan. On en parle. On les évalue mais à la fin que reste-t-il? Des chiffres bidon dans un tableau, fut-il Excel - lent. A la recherche de la raison et du bon sens.
A chacun sa gloire. Quelle misère intellectuelle
Comme l'usage de ce site, aujourd'hui il est facile de s'étaler et de penser que l'humanité boit vos paroles. Quand une personne prend sa retraite, c'est l'heure des bilans. C'est toujours entendu et d'une platitude qui fait pleurer, comme mes commentaires. Du déjà vu partout. D'ailleurs youtube n'échappe pas à cette règle. Plus c'est banal et con, plus c'est vu. Le buzz. Et le buzz appelle le buzz. Tous veulent être dans le coup. J'existe par la masse à laquelle je m'identifie. Facebook, je jette. Un service minimum...
L’Homme lutte pour améliorer sa condition
Pour gagner la bataille de la vie, il faut s’appuyer sur la misère et utiliser la force de la coopération comme levier du bonheur. Depuis douze milles ans nous cultivons nos champs et nous sommes toujours incapables de récolter les fruits de notre esprit. Il y a 2500 ans, en Chine, comme en Grèce s’ouvraient les premières écoles. Socrate comme Confucius ont révélé la voie de la sagesse. Nous avons tout le savoir pour vivre en harmonie. La cupidité est notre seul ennemi. Combattons la misère intellectuelle pour enrichir le savoir et le savoir être, source de bien-être. Le bonheur n’a pas de prix. Résistez à la bêtise des lois, des règlements, des habitudes, des coutumes. Libérez votre créativité. Montrez la voie à vos proches, vos voisins. L’anarchie des étoiles vous inspire le calme. Vivez maintenant sans crainte dans le chaos naturel.
L'Homme moderne adore les lois et règlements
Nous acceptons volontiers de voir nos voisins plier sous le poids de l'administration et souvent les doléances de la vox populi donnent le ton. Les législateurs sont poussés, contraints à pondre des lois. Nous voulons tous des barrières. Les grands espaces de l'esprit font peur. Regardez le Printemps arabe. Il n'y a plus un dictateur en Egypte mais des craintes qui viennent de tous les côtés.
LES RITES DES GRANDS SAUVEURS DE L'HUMANITE
Ce changement de calendrier est un bon prétexte pour faire une pause, comme si la vie ne continuait pas, tout simplement. Pendant cette pause obligatoire, l'humanitaire ne devrait pas faire de pause. Ni pessimistes, ni optimistes, soyons simplement réalistes. Les plus grandes difficultés de notre humanité sont inventées par l'Homme. Engageons-nous dans le moment présent. J'espère qu'en 2013, vous ferez moins de blabla et plus d'actions simples, concrètes, qui produisent des effets durables sur les causes.
A fin décembre, vous écrivez à des ONG, des services actifs dans l’humanitaire et pas des moindres, pour obtenir une information, et vous recevez comme message Nos bureaux sont fermés jusqu'au 7 janvier pendant cette absence vos messages ne seront pas lus, ni retransmis. Il serait temps de faire un peu de nettoyage, de mettre un miroir en face de ces fonctionnaires de l’humanitaire, voire de ces profiteurs.
Les anti-Minder volent au secours de quelques centaines de boss
Il est bien curieux que l'économie qui cherche à se faire reconnaître comme une science est en fait une religion avec ses gourous, ses adeptes inconditionnels et ses croyances. Un manager qui bosse pour le fric sans vision, sans plaisir ne peut pas être un leader valable. C'est simplement un manipulateur vide. Ou alors tous les responsables RH sont des menteurs et les psy du travail des nuls. Minder, pas Minder, le laissez pas les marionnettistes aux commandes. Si l'histoire de Nicolas-de-Flüe est vraie, sans grandes écoles il a réussi à faire partager le bon sens. Est-ce une qualité suisse naturelle? Thomas Minder paraît bien seul. Il ne sert à rien d'avoir raison tout seul mais il a lancé une réflexion. Il devrait maintenant penser à l'application et être meilleur dans sa communication, savoir écouter, s'entourer et provoquer un cercle de réflexion. Une société nouvelle ne se construit pas sur un coup de dé.
Minder va-t-il trop loin? une initiative courageuse
Un patron d'entreprise, conseiller national, plutôt de droite, lance une initiative afin de limiter les gros salaires pour éviter les rémunérations abusives. Il veut mettre un frein aux dérives constatées ces dernières 20 années, surtout. Il est important que les structures de notre société se penchent sur le fonctionnement de la société et de ses mécanismes. Le peuple suisse donnera-t-il un nouveau départ à l'économie politique et à la politique économique. La conscience collective est-elle en mesure de s'occuper, somme toute, de détails sur le plan mondial? Nous aurons la réponse par le verdict populaire, un fonctionnement bien helvétique.
 Aller à la page << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 >>