Nos liens favoris !Mon BLOBVotre avis nous intéresse !

Présentation de ACR






 
Accueil/Les dossiers/BLOG/
Samedi AGRICULTURE et OGM [24/07/2007]
Mon avis de béotien ne vaut rien à côté de celui d’éminents délégués officiels inutiles d’organisations internationales. Mais, tout de même, je suis interpellé. Mondialisation et antimondialisation depuis 15 ans et c’est le bordel partout. Il y a 20 ans, les prophètes de l’ONU promettaient une amélioration sur les fronts de l’alimentation, de la santé, de l’éducation. Nous avons changé non seulement de siècle mais de millénaire et c’est un recul sur tous les fronts.

Actuellement, plus d’un milliard d’hommes manquent d’eau sur cette planète bleue. Comment expliquer ce constat et cette triste réalité à un enfant de 10 ans ? Philosophie plastic J’ai créé cette expression en 2000 pour signifier qu’il fallait trouver un nouveau mode de penser : souple, léger, pratique et cohérent. Le savoir n’a jamais été aussi grand. L’accès aux connaissances n’a jamais été aussi facile. Les moyens technologiques ont dépassé nos espoirs. Le progrès scientifique n’a jamais été aussi rapide. Pourquoi les résultats sont-ils, globalement, aussi médiocres ? C’est sans conteste, la faute à l’homme. La technique, la vitesse, l’augmentation de la productivité, la formidable puissance de l’informatique et des moyens de télécommunication,… c’est merveilleux. Mais ces progrès fabuleux ne permettent pas de maîtriser la simple question de la distribution d’eau potable. Il y a péril sur cette terre, car les Grecs et les Romains étaient plus performants. Pomme de terre Cette plante d’Amérique du Sud, importée en Europe en 1534, n’a été appréciée des populations affamées qu’au XVIIIe siècle. Où serions-nous sans la patate ? Que feraient les antimondialistes, aujourd’hui, à l’arrivée d’un bateau avec des plantes inconnues ? Ils le couleraient ou le renverraient par les mers pour éviter les risques de mutations transgéniques. C’est ce genre de dérives qui mettent aussi la planète en danger. Chez nous, nous cassons, nous détruisons, nous bloquons l’évolution. Nous voyons des types comme José Bové érigé en héro pour ses incivilités. Ce paysan raté qui a exploité sa femme est chef de file de râleurs mécontents qui n’ont jamais apporté de plus-value. Il y a malaise. Si derrière ces actions, il y avait une pensée nouvelle, souple, pratique et cohérente, peut-être que l’humanité y gagnerait ? Mais en fait, ce n’est qu’une crise d’enfants gâtés qui cassent leurs jouets. Au lieu de prendre un porte-voix, qu’ils prennent des charrues et des semences. Qu’ils enseignent, à l’Afrique, comment se nourrir avec le travail de la terre. OGM Ces 3 lettres font peur. Tout le monde veut des lois. Et si une loi avait bloqué l’importation de la pomme de terre, du maïs, de la tomate ? L’innovation présente des risques certains. Mais aujourd’hui, se passer de l’innovation, du changement, c’est encore plus risqué. Il faut être pratique et cohérent. Avoir l’esprit souple, mobile et rester léger permettront de pouvoir s’adapter avec bon sens. Laissons la porte ouverte à la recherche, à l’expérimentation mais évitons les lois, les règlements contraignants qui ne profiteront qu’aux avocats. Que Bové et les antimondialistes aillent vite en Afrique, en Amérique latine, réaliser des succès avec une agriculture traditionnelle et des méthodes de travail moderne. L’augmentation des rendements sera telle que les OGM seront inutiles. Le climat permet deux récoltes par an. La terre est fertile et disponible. La main-d’œuvre est bon marché. Un peu de savoir-faire et de la volonté apporteront plus que de casser les vitrines à Davos, Lausanne, Seattle ou Gênes. Prendre comme modèles des casseurs, des faucheurs, des destructeurs, c’est une dérive mentale qui ne réglera pas les défis qui sont les nôtres. L’antimondialisation n’est pas crédible en se battant contre le libéralisme. Nous avons connu la guerre froide entre communistes et capitalistes. Des millions de gens sont morts à l’Est, sans effets bénéfiques. Le capitalisme est devenu encore plus dur. Il faut d’autres valeurs, de nouveaux désirs et plus d’enthousiasme pour construire ce monde. Forum de Davos Un accord d’un type nouveau est passé entre pros et antis World Economic Forum de Davos. Le budget sécurité est mis à zéro. Les millions économisés sont remis à un groupe de jeunes agriculteurs qui vont mettre en exploitation des fermes modèles dans un pays en développement. Toutes les TV du monde se braquent sur cette expérience de Ferme celebrity. Grâce aux satellites et à internet le modèle devient planétaire.