Nos liens favoris !Mon BLOBVotre avis nous intéresse !

Présentation de ACR






 
Accueil/Les dossiers/BLOG/
MERCREDI La presse écrite, pour le sérieux [01/06/2009]
Je ne connais pas un journaliste qui ne soit pas convaincu de la qualité de son travail et de l'intérêt de ses textes pour ses lecteurs. Il est vrai que l'arrivée en masse des quotidiens gratuits fausse la perception du réel intérêt de la prise en main du support papier. Ma perception, subjective, est qu'un titre gratuit rencontre peu d'intérêt de la part des lecteurs. Par contre il est vrai que certains jeunes qui n'osaient pas voler un journal dans une caissette... se servent maintenant. Peut-être qu'ils apprendront enfin à lire et à s'intéresser à l'actualité. C'est un autre débat mais si par le passé, l'école avait soutenu la presse en faisant la lecture avec des quotidien? Est-ce que nos journalistes n'écrivent pas correctement pour entrer à l'école?

Si l'école avait donné le goût de lire, les jeunes liraient. En retenant mon idée de travailler plus avec le matériel de la vie quotidienne, la mission d'éveiller l'intérêt, de donner l'envie d'apprendre serait atteinte. Il n'est pas trop tard pour faire une course parallèle entre un journal payant de sa région et un gratuit supra-régional. Si on supprime les heures de formation des professeurs prises sur les heures de cours, il est possible de faire 15 minutes de lecture chaque jour en début de matinée. Il faut innover dans un monde qui change et les professeurs sont-là pour enseigner pas pour aller à l'école. Que diriez-vous d'un prof d'auto-école qui doit chaque année apprendre à conduire? L'école soutient la presse de sa région parce que des élèves qui lisent sont plus agréables en classe et les profs motivés ne sont pas stressés.